Inclusion et numérique : WebForce3 participe au Forum français sur la Gouvernance de l’Internet 2019
09 Juillet 2019 Blog

Inclusion et numérique : WebForce3 participe au Forum français sur la Gouvernance de l’Internet 2019

Partager

Ce jeudi 4 juillet 2019, WebForce3 a participé activement au Forum français sur la Gouvernance de l’Internet 2019. Cet événement national a marqué un tournant optimiste pour la France dans le dialogue autour de l’avenir d’Internet afin de construire une souveraineté numérique et remettre l’humain au centre des préoccupations.

Alain Assouline, président de WebForce 3 et membre du comité d’organisation du FGI France, et Nicolas Chagny, co-président du comité FGI France, ont réaffirmé leur volonté de co-construire l’Avenir Numérique dans une vision multipartite et inclusive. Et ce, pour une future société numérique plus juste où chacune et chacun prendra part aux opportunités sociales et professionnelles du numérique.

 

Bâtir un Avenir Numérique juste et inclusif

Institué en 2005 par le Sommet Mondial sur la Société de l’Information, le Forum sur la Gouvernance de l’Internet est une enceinte de dialogue réunissant des représentants des États, des entreprises, des acteurs techniques et de la société civile.

Nicolas Chagny, co-président du comité d’organisation du FGI France, a souligné que la France avait l’opportunité de débattre et de faire émerger de nouvelles idées autour de quatre grandes questions stratégiques de politique publique liées à la gouvernance de l’Internet :

  • numérique responsable
  • numérique excluant, numérique inclusif
  • gouvernance et régulation
  • contrôle et protection des données

Remettre l’humain au coeur de la définition du numérique de demain, c’est penser un Internet qui donne confiance et responsabilise chacun d’entre nous sur les différents usages existants et à venir. Ainsi, la résilience de notre société numérique se mesurera à l’aune de notre culture et de nos compétences numériques.

La diversité des cultures et compétences des parties prenantes permettront de développer des propositions pensées au niveau local, national et intergouvernemental. Celles-ci seront présentées au prochain FGI Monde à Berlin en novembre 2019.

 

WebForce3 s’investit sur l’accessibilité et l’inclusion du numérique 


Numérique, formation et handicap

Maxime Delayer, directeur de l’école WebForce3 Lyon, participait à l’atelier « Numérique, formation et handicap ». Cet atelier fût l’occasion de présenter le parcours de formation au numérique dédié aux autistes asperger, mis en place au sein de plusieurs écoles WebForce3. Notre partenaire Urbilog, également présent lors de cette table ronde, a souligné que ce type de dispositif personnalisé a permis à 90% des autistes asperger d’obtenir un CDI à la sortie de leur formation.

Par ailleurs, saviez-vous que 80% des personnes en situation de handicap stagnent en infra-bac ? Les projets d’accessibilité au numérique constituent un levier pour rendre les dispositifs digitaux accessibles et réduire l’exclusion sociale et professionnelle. Les participants de l’atelier ont ainsi posé la nécessité de concilier accessibilité aux dispositifs digitaux, inclusion et insertion en entreprise, en travaillant communément avec les organismes de formation, les acteurs publics et les associations handicap.

Le numérique pour réduire ou accroître la fracture sociale et territoriale ?

Cette formidable (r)évolution technologique, sociale et sociétale permise par le numérique a cependant amené de nouveaux défis qu’il nous faut relever ensemble si nous voulons qu’internet demeure accessible, inclusif, sûr et fiable. Des défis nécessaires pour réduire les inégalités et assurer l’intégration sociale plus générale des individus et l’intégration à la société de l’information numérique.

Ainsi, il est nécessaire de remettre l’humain au centre du débat en articulant les logiques sociales et purement numériques afin de conjuguer (voir réconcilier) ces correspondances aujourd’hui inévitables dans notre société. L’articulation entre intégration sociale et intégration numérique implique de forger un nouveau contrat social afin d’assurer quatre principes fondamentaux du lien social : dimension interpersonnelle, professionnelle, politique et territoriale.

Ce nouveau contrat social implique de repenser l’élaboration de politiques publiques dans tous les domaines, afin de réduire la précarité de connaissances numériques et la fracture sociale et territoriale. L’objectif étant que tout citoyen de tous territoire puisse évoluer facilement dans ces nouvelles dynamiques sociales, professionnelles, économiques et territoriales.

Alain Assouline, président de WebForce3 et membre du comité du FGI France 2019, a modéré une table ronde sur les réflexions à mener pour que les territoires puissent développer l’emploi et leur attractivité grâce au tremplin du numérique et ainsi réduire la fracture sociale et territoriale.

D’ici 2050, des millions de compétences et d’emplois vont disparaître. Des emplois vont se créer et évoluer constamment au gré des innovations. La formation professionnelle continue va faire partie intégrante de notre temps de travail, et ce, tout au long de la vie

Parmi les propositions émises :

  • Ouvrir un débat public de fond pour repenser nos repères, notre production, consommation
  • Converger la transition numérique avec la transition écologique
  • Penser la redistribution de valeur créée par le numérique

Les participants ont estimé nécessaire de remettre l’humain au coeur du numérique et ainsi anticiper les changements sociétaux irréversibles qui auront lieu d’ici 2050. De nombreuses métropoles et villages ont réussi à en tirer le meilleur parti pour attirer des talents, faciliter le travail à distance, réduire l’empreinte écologique et surtout améliorer les conditions de vie et accroître le nombre d’habitants.