WebForce3 et Signes & Formations lancent une formation de Développeur Web à destination de publics sourds et malentendants

WebForce3, le réseau d’écoles des métiers du numérique, et Signes & Formations, l’école des métiers du numérique 100 % en langue des signes française (LSF), annoncent aujourd’hui lancer, dès mai 2021 à Toulouse (Occitanie), une formation de Développeur Web en langue des signes française (LSF) à destination de publics sourds et malentendants. Ce dispositif a été nommé  » Des Signes et des Clics « .

 

Occitanie : un territoire investi pour l’inclusion des personnes sourdes et malentendantes

A la fin des années 1980, Toulouse fut la première ville de France à ouvrir des classes en langue des signes française (LSF). La considération à l’égard de la surdité et de la malentendance y étant très forte, la région Occitanie occupe une place à part pour les personnes sourdes, qui ont fait de Toulouse leur capitale.

Si elles sont si nombreuses à s’y être installées, c’est parce qu’il est possible d’y faire une scolarité complète, de la maternelle à l’université ; que beaucoup d’adaptations ont été mises en œuvre par les infrastructures territoriales, les universités et les entreprises locales pour répondre à leurs besoins spécifiques ; et qu’il est fréquent de rencontrer des habitants et commerçants s’exprimer en LSF.

 

Une formation adaptée et inclusive par des experts de la formation et du handicap

La formation et l’apprentissage sont les clés d’une insertion socio-professionnelle et d’une évolution professionnelle réussies. Pour que les publics sourds et malentendants puissent révéler leur talent en entreprise, la formation proposée par WebForce3 Toulouse et Signes & Formations, soutenue par l’Agefiph dans le cadre de THalent Digital, a été entièrement pensée et réalisée en langue des signes française. Ce projet a été nommé  » Des Signes et des Clics « .

Cette approche linguistique constitue en effet la meilleure modalité pédagogique pour permettre aux personnes sourdes d’apprendre et de progresser sans barrières ni contraintes. Ainsi, elles n’ont pas d’effort à fournir pour lire sur les lèvres ou déchiffrer des supports écrits, et peuvent pleinement vivre leur expérience d’apprentissage. Les échanges et interactions avec les formateurs – eux-mêmes sourds – se font également directement en LSF.

 

Participez à notre Webinar : « Occitanie : un territoire d’inclusion numérique ? Quelles solutions pour recruter des personnes sourdes et malentendantes ? »

WebForce3 et Signes & Formations organiseront le mardi 9 mars prochain, de 17h à 18h, un webinar intitulé « Occitanie : un territoire d’inclusion numérique ? Quelles solutions pour recruter des personnes sourdes et malentendantes ? ». Modéré par Alain Assouline, Président de WebForce3, ce webinar réunira un ensemble d’acteurs investis dans l’inclusion numérique, l’emploi et la formation professionnelle en France, et plus spécifiquement dans la région Occitanie.

 

Renforcer la diversité au sein des entreprises et l’inclusion des profils éloignés du numérique

L’objectif de cette formation est double. Elle permet, d’une part, d’assurer l’inclusion des publics sourds et malentendants au sein de la demande de formation au métier de Développeur Web en très fort essor ; mais aussi de répondre à la fois aux besoins de recrutement des entreprises en manque de talents et à leur démarche RSE.

Au travers de ce partenariat, Signes & Formations et WebForce3 réaffirment ensemble leur engagement envers l’inclusion des personnes en situation de handicap. Depuis 4 ans, Signes & Formations est en effet la seule école des métiers du numérique 100 % LSF en France, et accompagne ses apprenants dans leur insertion au sein d’entreprises de toutes tailles : GL Event, AKKA Technologies, WeSolv, agence Totem, etc.

Quant à WebForce3, le réseau de 50 écoles des métiers du numérique a intégré dès sa création une politique handicap inclusive et renforcée. En travaillant en synergie avec un écosystème d’experts, WebForce3 crée ainsi des sessions adaptées au handicap spécifique d’un public. Cette démarche lui permet de compter 15 % de personnes en situation de handicap dans son réseau d’apprenants, avec un résultat de 75 % de CDI en sortie de formation.

 

 

WebForce3 s’associe à Grenoble Ecole de Management pour former des autistes Asperger à la programmation et data analyse

Lancé en 2019 par Grenoble Ecole de Management (GEM) à destination des personnes porteuses du Syndrome d’Asperger, le certificat Data Asperger évolue. Ce programme évolue et devient, en partenariat avec WebForce3, la formation “Concepteur Développeur d’Applications spécialisation Data Analyst”, accessible en alternance dans 4 villes de France dès septembre 2021.

 

Un programme complet à impact durable pour l’inclusion professionnelle

La formation Concepteur Développeur d’Applications spécialisation Data Analyst sera délivrée en alternance et dispensée dans deux campus de la GEM (Paris et Grenoble) et deux écoles WebForce3 (Lille et Lyon). Le but ? Former des professionnels des data ou du développement web et applications, aptes à s’insérer durablement en entreprise

Cette formation pionnière en France est parrainée par Modis, soutenue par la Région AURA, l’AGEFIPH via le projet THalent Digital et par des entreprises partenaires qui participent au financement du programme et recrutent les étudiants en alternance.

Les deux premières promotions ont permis de former et diplômer 19 personnes porteuses du syndrome d’Asperger, puis de trouver un emploi adapté ou de continuer leurs études.

  • L’école n’exige toujours aucun prérequis du niveau d’études. Mais les candidats doivent désormais passer un test d’aptitude à la pratique de la programmation et présenter une RQTH (reconnaissance de la qualité de « travailleur handicapé ») validée ou en cours.
  • Le cursus se réalisera en alternance : les cours auront lieu de septembre à décembre 2021 à temps complet, puis ensuite en alternance en entreprise de janvier à novembre.
  • Les enseignements seront dispensés au choix sur le campus GEM de Paris, Lille (campus WebForce3) ou à Grenoble (campus GEM) et Lyon (campus WebForce3).

Dans une interview consacrée au média Business-Cool, la GEM précise : « L’école WebForce3 a une réputation pédagogique dans le domaine informatique et numérique qui n’est plus à présenter. L’école est également en parfaite adéquation avec les valeurs défendues par Grenoble EM, celles d’œuvrer pour une société éthique et durable. »

 

Un engagement autour de valeurs fortes et partagées

Particulièrement engagé dans la formation d’autistes Asperger, WebForce3 est fier de compléter cet engagement auprès de la GEM.

Le programme s’appuie sur le titre RNCP Concepteur Développeur d’Application (niveau 6) de WebForce3. Nos convictions profondes sont d’œuvrer pour une société numérique inclusive, éthique et durable. Ce partenariat est donc en parfait alignement avec les engagements et causes défendues par GEM.

WebForce3 assurera la formation professionnelle avec ses formateur·rice·s. La GEM continuera de dispenser les connaissances et les compétences ayant trait aux habiletés sociales et l’intégration en entreprise. Au sortir de la formation en alternance, les désormais Concepteurs Développeurs d’Applications spécialisés Data Analyst seront donc prêts à l’emploi ainsi qu’à l’insertion réussie en entreprise.

Des Développeuses Web à Lyon témoignent et racontent la refonte du site du Festival de l’Apprendre

Marie et Carlyne ont suivi la formation de développeur web à WebForce3 Lyon lors de cette année 2020. Comme projet de fin de formation, elles ont proposé une refonte du site du Festival de l’Apprendre. Entretien avec ces deux femmes en reconversion professionnelle et satisfaites d’avoir choisi cette voie.

CarlyneMarie

Zoom sur leur dernier projet.

 

Le Festival de l’Apprendre, un évènement qu’il a fallu entièrement numériser !

Le Festival de l’Apprendre présente des valeurs communes avec celles de WebForce3. Il s’agit d’un temps fort organisé partout en France pour célébrer tous les apprentissages, la diversité et la continuité des apprentissages ! Face aux défis sociaux, environnementaux et économiques, cet événement invite chacun·e à être acteur·rice de sa vie et d’une société durable par le développement du pouvoir d’apprendre !

Organisé par La Maison de l’Apprendre, une association qui cherche à promouvoir l’apprentissage en organisant des ateliers pour le grand public, ce festival met en place des ateliers pendant une semaine, pour s’informer et expérimenter de nouveaux métiers. De nombreux domaines y sont donc présentés (philosophie, art, développement personnel etc…), le but étant de sensibiliser les gens à l’apprentissage, au partage et à découvrir de nouveaux métiers.

Cette année, le Festival s’est déroulé entièrement en distanciel. Le site avait donc besoin d’une refonte totale étant donné que tous les ateliers devaient être numérisés. La problématique principale de nos deux développeuses était donc de transformer un site habituellement basique en une véritable vitrine mettant en valeur tous les ateliers proposés et les rendant accessibles par internet.

 

Bonjour à toutes les deux ! Vous avez contribué à la refonte du site du Festival de l’Apprendre. Pourriez-vous nous expliquer comment s’est déroulé ce projet ?

Bonjour ! Naël Fawal (NDLR: le directeur de WebForce3 Lyon) nous a contactées pour savoir si on était intéressées pour faire un nouveau site web pour la Maison de l’Apprendre, car ils se connaissent très bien. Il nous a expliqué ce que c’était, ce qui nous a plutôt donné envie. Nous avons ensuite eu une petite réunion avec la Maison de l’Apprendre lors de laquelle il nous a été expliqué ce qui était attendu. Cette réunion nous a permis de vérifier également si nous avions les compétences pour les contenter.

 

Quels conseils donneriez-vous à une personne souhaitant créer son portfolio ?

La première chose à faire, c’est avoir un compte GitHub, c’est le portfolio des développeurs car c’est une plateforme dans laquelle on peut glisser des bouts de code. On peut donc y prouver nos compétences, notre curiosité, notre éthique de travail en plus de nos résultats.

Ensuite, pour le site du Festival de l’Apprendre, nous avons utilisé WordPress car ça héberge déjà un site web. Pour quelqu’un qui débute, avoir à sa disposition un site déjà fait permet de se concentrer sur les projets à mettre en valeur. C’est une bonne chose pour un portfolio d’avoir plusieurs petits projets aboutis.

Par contre, quand on devient un peu plus à l’aise techniquement, il est important de créer soi-même son site en utilisant des technologies et des langages plus pointus.

 

Quels étaient vos parcours avant la formation ?

Marie : J’étais chimiste dans un laboratoire de recherche et développement pour mettre au point des peintures pendant presque vingt ans. J’ai eu l’occasion de changer de voie et j’étais très intéressée par le numérique. J’ai donc regardé ce qu’il s’y passait et à force d’essayer de nombreuses choses, je me suis rendu compte que le développement de sites web m’intéressait le plus !

Carlyne : J’étais graphiste dans un service communication et marketing d’une entreprise pendant quatre ans. J’avais donc beaucoup de développeurs dans mon entourage ce qui m’a plutôt initiée à ce que c’était. La curiosité allant, forte de mes compétences en graphisme et donc désireuse de lier ces deux univers, je me suis dit qu’il fallait que je tente cette reconversion pour voir ce que je serais capable de créer.

 

Qu’est-ce qui vous plaît dans le développement de sites web ?

Marie : J’aime beaucoup voir la finalité de mon travail prendre forme. Des lignes de code qui, subitement, se transforment en un superbe site, malgré quelques défis techniques ! C’est gratifiant d’imaginer un site d’une telle façon, de se demander comment s’y prendre pour qu’il ressemble à ce qu’on imagine, puis de réussir à obtenir le résultat souhaité. Ce déroulé est très motivant et donne envie de toujours aller plus loin.

Carlyne : Globalement, je pense la même chose. J’aime aussi beaucoup développer de nombreuses fonctionnalités au sein d’un site ou d’une application. C’est intéressant également de se confronter à un problème et de devoir se documenter encore, d’emmagasiner de nouvelles connaissances et compétences pour directement y voir le résultat de manière très concrète. On se prend presque pour une détective privée quand on est confrontée à un bug et qu’on trouve d’où il vient.

 

Avez-vous un petit souvenir de la formation à partager ?

Carlyne : Le projet de fin de formation ! Ce projet à développer sur les deux dernières semaines est vraiment l’aboutissement de la formation et de notre choix de reconversion réussi. Arriver à la fin nous a fait un bien fou tout en nous aidant à visualiser les projets futurs. De plus, le projet était intéressant, on s’est beaucoup amusées ! C’est le meilleur souvenir que j’ai de la formation.

Marie : J’ai envie de répondre la même chose, il y avait une ambiance géniale dans le groupe malgré le fait que tout se soit fait en distanciel à cause du confinement. Les profs étaient supers, j’ai adoré apprendre avec elles et eux alors que plus jeune, je détestais l’école ! J’ai aimé la formation dans sa globalité mais le projet de fin de formation est le meilleur souvenir.

 

Et plus globalement, qu’avez-vous pensé de la formation et de WebForce3 ?

Marie : Personnellement, c’était niquel. Une bonne équipe pédagogique, des profs supers, on avait tout ce qu’il fallait en terme de matériel… c’était idéal. Même une fois que le distanciel est devenu inévitable, l’école a rapidement fait le nécessaire pour qu’on puisse continuer à suivre la formation pendant le confinement donc franchement, j’étais enchantée de cette formation !

Carlyne : Oui, l’équipe pédagogique était super, les profs se sont vite adaptés à Zoom et au distanciel. Elles et ils ont été très pédagogues donc dans la globalité, c’était une formation très agréable à suivre, et ce, malgré l’intensité et le rythme très soutenu. Je suis vraiment satisfaite de l’expérience que ça a été ainsi que l’endroit où ça m’a menée aujourd’hui.

 

Quelques mots pour conclure ?

Marie et Carlyne étaient d’accord que : Ce qui ressort aussi d’un point de vue personnel, c’est qu’étant dans l’optique d’une reconversion professionnelle, c’était un sacré challenge et un véritable dépassement de soi. Découvrir un domaine qu’on aime, ça donne envie de toujours apprendre et d’apprendre plus en sortant de sa zone de confort.

WebForce3 s’associe au projet EdoJobs Online Academy pour former 3 000 jeunes au Nigéria

La crise sanitaire pousse la formation à évoluer. La formation en blended-learning devient clé pour acquérir des compétences facilement et à son rythme, surtout dans les pays de l’Afrique où l’usage du mobile est majeur dans son ouverture sur le monde et l’apprentissage. Teach on Mars, LAFAAAC, WebForce3 et SUMMVIEW se regroupent pour lancer une offre de formation hybride aux métiers des industries créatives, adaptée aux besoins et contraintes des pays en développement. S’appuyant sur les expertises et compétences complémentaires des 4 entreprises en matière d’innovation technologique et pédagogique, cette offre sera proposée en priorité à 3 000 demandeurs d’emploi de l’État d’Edo au Nigéria, dans le cadre d’un partenariat avec EdoJobs, le Pôle Emploi local, et d’un projet pilote : « EdoJobs Online Academy ».

     

 

 

WebForce3 délivre la technologie de son LMS “WebForceLIFE” pour créer “EdoJobs Online Academy”

La pédagogie de WebForce3 est fondée sur le principe du blended-learning. La technologie de la plateforme pédagogique de WebForce3 se met au service d’autres projets de montée en compétences.

Le projet répond aux besoins exprimés par EdoJobs, qui disposera d’une plateforme de formation en ligne « EdoJobs Online Academy », qui répond parfaitement à ces besoins de montée en compétence et de formations dans le secteur des industries créatives. Au cours d’une phase pilote, c’est plus de 3 000 apprenants qui seront accompagnés dans le cadre de ce projet. Les formations seront basées sur le meilleur de l’expertise pédagogique et technique française, adaptée avec des partenaires au Nigéria – en particulier le groupe média Wazobia, qui édite parmi les principales chaînes TV et radio du pays.

Alain Assouline, président de WebForce3, en charge du déploiement de la plateforme digitale de formation du projet : « Depuis 7 ans, WebForce3 a formé plus de 6 000 apprenants en France en construisant un modèle de formations innovant mêlant présentiel, téléprésentiel et online, avec le soutien de notre plateforme numérique WebForceLIFE qui a vocation d’accompagner les apprenants avant, pendant et après leur parcours de formation. Nous apporterons cette expérience et cette plateforme au consortium du projet EdoJobs Online Academy, qui confirme la poursuite de notre engagement à l’international. »

 

Le blended-learning comme accélérateur et catalyseur du développement en Afrique

La crise sanitaire a mis en lumière la nécessité de repenser les manières d’apprendre et de se former ainsi que la pertinence des dispositifs d’apprentissage mixte dits de « blended learning » : en présentiel et téléprésentiel, sur ordinateur ou sur mobile. Une réalité d’autant plus forte pour les pays en développement, en particulier en Afrique subsaharienne, où le besoin de formation est énorme (l’âge médian est d’environ 20 ans et les jeunes accèdent peu à la formation) et l’offre limitée (notamment pour des questions d’infrastructures).

Le Nigéria est la première économie du continent Africain. Ce pays est dynamique. Il s’appuie sur une industrie créative très forte (illustrée par Nollywood, 2ème producteur mondial de films). Sa population jeune et malgré tout très touchée par le chômage. Au cours de la simple phase pilote, c’est plus de 3 000 apprenant·e·s qui seront accompagné·e·s dans le cadre de ce projet.

C’est dans ce contexte que 4 acteurs français de la EdTech et du web – LAFAAAC, Teach on Mars, SUMMVIEW et WebForce3 – ont décidé de se regrouper pour développer une plateforme innovante de blended learning.

Le projet est financé en partie par un soutien du Ministère de l’Economie et des Finances, dans le cadre de l’aide française au développement et de soutien à l’export (FASEP). Il a pour ambition de favoriser à la fois l’employabilité des jeunes apprenants au Nigéria, tout en promouvant l’expertise française en termes de formation. Le projet aura des effets d’entraînement positif sur les filières des ICC (Industries Culturelles et Créatives) et de la EdTech en France, en tant qu’accélérateur et catalyseur de leur développement en Afrique. C’est à ce titre qu’une quinzaine de sociétés françaises sont parties prenantes du projet dans le cadre d’un Club des Partenaires, qui réunit notamment Canal+, Edinovo, la Fémis, l’INA, l’Ecole Ferrandi, Skillsday ou Tourism Academy.

 

Une expertise pédagogique et technologique en partenariat avec l’équivalent de Pôle Emploi pour l’Etat d’Edo : “EdoJobs”

Cette plateforme, destinée dans un premier temps aux pays en développement, sera testée dans le cadre d’un pilote réalisé au Nigéria en partenariat avec l’équivalent de Pôle Emploi pour l’Etat d’Edo. Le projet porté par le consortium français consiste à développer et tester au Nigéria un service et une offre de formation hybrides aux métiers de l’audiovisuel (réalisation et montage), la musique et l’entrepreneuriat culturel. En particulier, une plateforme digitale complète mêlant l’expertise technique et technologique de Teach on Mars, SUMMVIEW et WebForce3 sera déployée. Elle sera alimentée en contenus de formations par LAFAAAC.

 

Un projet d’évaluation de l’impact social et de montée en compétences

Vincent Desnot, CEO de Teach on Mars, leader du consortium qui édite la plateforme de formation digitale : « Nous sommes très enthousiastes à l’idée d’être partenaire d’EdoJobs, le Pôle Emploi nigérian. Nos solutions logicielles ont vocation à aider quotidiennement les demandeurs d’emplois dans leur volonté de reconversion ou de montée en compétence. Le Nigéria est l’un des pays d’Afrique les plus en pointe en matière d’internet mobile et nous pensons que notre solution optimisée pour un usage smartphone correspondra particulièrement aux usages d’une population très en demande de formation. Ce projet innovant donnera peut-être des idées au Pôle Emploi français. »

Olivier Pascal, co-fondateur et directeur de LAFAAAC : « Ce projet nous permet de valider une première étape de notre développement sur le continent africain : en amont il nous permet de fédérer les forces vives qui sont aujourd’hui réunies autour de cette plateforme, en France comme au Nigéria, dans le public comme dans le privé. En aval, cette plateforme nous permet de déployer notre modèle pédagogique à grande échelle, d’en évaluer l’impact social, mais aussi de faire rayonner l’expertise française et d’avoir un effet d’entraînement sur les filières de la EdTech et de la culture. Nous avons hâte de travailler avec EdoJobs, pour que cette plateforme soit un véritable catalyseur et accélérateur de leurs projets et des nôtres.»

Denis Pagnac, fondateur de SUMMVIEW : « Lorsque SUMMVIEW a déployé sa plateforme multiservices de distribution de contenus en et pour l’Afrique, l’ambition était d’adresser la triple thématique Formation, Information et Divertissement. Jusqu’à présent, nous avions pu répondre aux volets Information et Divertissement. Nous nous réjouissons que ce projet de formation au Nigéria nous permette de répondre à ce troisième objectif, démontrant la pertinence de l’implantation de nos infrastructures au Nigéria.»

 

Source image : Financial Afrik

[Webinar] Recruter des développeur·se·s web en alternance ? Témoignages, enjeux et solutions

Le partenariat de WebForce3 et Generation France va permettre de former et de placer en entreprise plus de 200 jeunes talents au métier de Développeur·se Web Full Stack en alternance. Participez au webinar du mardi 26 janvier de 17h30 à 18h30 ! Réflexions et retours d’expériences d’entreprises et d’experts.

 

 

Quels intérêts de ce nouveau mode de recrutement ? Quels enjeux RH et RSE ? Et quels impacts sur la performance de l’entreprise ?

L’équation Alternance et métiers de la programmation, c’est nouveau et efficace ! Nous détaillerons ensemble de multiples sujets : l’état du marché de l’emploi, le potentiel de la jeune génération, les besoins en compétences et nouveaux enjeux métiers, culture et recrutement, diversité et mixité des équipes, RSE et marque employeur, solutions d’accompagnement et de financement…

Lors de ce webinar “L’alternance : un choix de recrutement efficace pour le développement web ? Enjeux, solutions et témoignages”, WebForce3 et Generation France vous proposent des échanges, réflexions et solutions autour des enjeux de recrutement dans le développement web.

L’alternance est une voie d’excellence pour les métiers du numérique. Elle permet de se former techniquement au métier tout en mettant ses soft skills au service de la culture et de l’activité de l’entreprise.

 

 

Avec des acteurs de la Tech, de la formation et du recrutement

Participez donc à ce webinar qui vous permettra d’entendre et comprendre les entreprises et les experts suivants :

Modéré par : Meryem Belqziz, CEO à Generation France.

  • Damien Cavaillès, membre de la délégation régionale Syntec Hauts-de-France, chef d’entreprise et fondateur de WeLoveDevs
  • Maureen Halgrin, Team Lead Talent Advocates à talent.io
  • Jaafar Elalamy, CTO à Adriver
  • Souad Boutegrabet, Fondatrice à Les Descodeuses
  • Alain Assouline, Président de WebForce3 et président du syndicat CINOV Numérique
  • Ralida de Barros, Conseillère à l’Emploi, Service dédié aux entreprises à Pôle Emploi
  • Benoit Dorleans, low-code and application platform Sales Manager à Microsoft France.

 

 

WebForce3 et Generation France lancent une formation unique de Développeur·se Full Stack en alternance

En ce début d’année 2021, WebForce3 est heureux d’annoncer un nouveau partenariat avec l’ONG Generation France afin de former en alternance plus de 200 jeunes éloignés de l’emploi. La crise sanitaire a marqué un taux de chômage record chez les moins de 30 ans. WebForce3 et Generation France s’allient donc pour préserver l’emploi des jeunes et répondre aux besoins de l’entreprise post-covid.

 

Une formation unique en développement full stack en contrat d’apprentissage

Proposée en contrat d’apprentissage aux talents de moins de 30 ans, cette nouvelle formation Développeur·se Full Stack vise à former 210 jeunes sans activité académique et/ou professionnelle sur une période de 16 mois. Ce programme leur permettra ainsi d’acquérir les compétences techniques et comportementales nécessaires à leur futur poste de développeur web full stack. Les premières sessions, en présentiel et téléprésentiel, débuteront en février 2021 en région Ile-de-France.

Les avantages de la formation pour nos talents :

  • Une formation sur-mesure avec un programme complet d’enseignements techniques, de mentorat et d’accompagnement au recrutement et à l’embauche ;
  • Des ateliers ludiques et interactifs pour acquérir les compétences techniques et soft skills dont les talents auront besoin dans leur futur poste ;
  • Un accompagnement par un·e mentor qui donnera des conseils personnalisés pour se développer et aidera à trouver votre contrat d’alternance ;
  • Des job datings lors desquels des entreprises pourront rencontrer et recruter des talents en alternance.

Meryem Belqziz, CEO de Generation France ajoute que « depuis la création de la branche française de Generation en 2018, nous développons des projets de formation et d’insertion professionnelle de publics vulnérables, jusqu’ici principalement dans les métiers de la relation client. Lorsque nous avons identifié le fort potentiel en termes d’emploi du métier de développeur full stack, nous avons souhaité travailler à la création de cette formation avec un organisme expérimenté et partageant les mêmes valeurs. WebForce3 répondait parfaitement à ces critères. »

 

Participez à notre webinar

L’alternance : un choix de recrutement efficace pour le développement web ?

Enjeux, solutions et témoignages

 

 

37 000 postes à pourvoir. Les jeunes à la rescousse de l’entreprise post-Covid

Alain Assouline, président et fondateur de WebForce3, assure que la « génération Covid-19 » ne doit pas devenir une génération perdue. Depuis le début de la crise sanitaire, les entreprises ont connu de profonds bouleversements. Dans un premier temps, ils ont principalement été subis : confinement, fermetures, interdictions, gestes barrières. Puis les entreprises ont évolué pour surmonter les difficultés, trouver des solutions et poursuivre leur activité – de par leur secteur d’activité, mais aussi leur maturité en termes de digitalisation ou leur agilité pour l’atteindre en un temps record.

Alain Assouline précise que « Webforce3 et Generation France vont travailler main dans la main sur la chaîne de valeur pour apporter la meilleure expérience d’apprentissage possible aux apprenants. Et en la matière, nous sommes tout à fait complémentaires. Generation France va en effet se concentrer sur l’accompagnement des apprenants, le développement de leurs soft skills et leur placement en entreprise ; là où WebForce3 apportera son expertise sur la pédagogie active et en blended-learning avec des formateurs professionnels engagés. »

L’adaptabilité est en effet le principal atout de la jeune génération. Elle qui a grandi dans la culture du  » Do It Yourself  » dispose de l’autonomie et de l’envie pour résoudre efficacement les problèmes. Et dans un environnement propice, où ils se sentent utiles et concertés, les jeunes savent être force de proposition et source de dynamisme pour faire avancer les choses. Nous devons leur faire confiance et faciliter leurs premiers pas dans le marché de l’emploi.

 

Créer un impact social tout en soutenant les entreprises

Génération France et WebForce3 partagent la même volonté de créer un impact social en accompagnant l’insertion professionnelle des jeunes en difficulté, avec un focus fort sur le mentorat, les soft skills et l’accompagnement des apprenants vers l’emploi. Ce projet partenarial a aussi pour but de répondre au manque de talents qualifiés, là où 37 000 emplois en développement full stack sont encore à pourvoir depuis 2019.

Entreprise de l’économie sociale et solidaire, la diversité des apprenant·e·s au sein des écoles WeForce3 constitue une valeur essentielle pour participer à une société numérique qui soit inclusive, éthique et durable. Dans un monde où métiers et technologies évoluent fortement, la mission de WebForce3 est de permettre à toute personne de se former rapidement pour acquérir de nouvelles compétences tout au long de son parcours professionnel, et ainsi accéder, se maintenir ou encore changer d’emploi.

Generation France quant à elle est une association à but non lucratif qui vise à transformer le système, depuis la formation jusqu’à l’emploi, pour former et soutenir l’insertion de personnes éloignées de l’emploi vers des opportunités de carrières qui changent leur vie et leur seraient autrement inaccessibles.

 

Quel est le rythme de la formation ?

Afin de faciliter encore l’accès à l’emploi et sur le long terme et une meilleure insertion socio-professionnelle, cette formation s’effectue en alternance. Après une première semaine d’accompagnement vers l’emploi et la signature de leur contrat, les alternants vont suivre trois mois de formation avant de se lancer dans le grand bain de l’entreprise pendant 12 mois. Ce système permet à toutes et tous d’acquérir à la fois les compétences techniques nécessaires à la programmation web en full-stack et les compétences relationnelles (soft skills) qui permettent une intégration réussie dans l’entreprise.

  1. Deux semaines : « la semaine 0 » en présentiel, qui prépare les apprenant·e·s au job dating, suivi d’une semaine d’accompagnement à la recherche d’alternance et au recrutement de candidat·e·s.
  2. Bootcamp : 3 mois de formation intensive.
  3. Alternance : 12 mois d’alternance (une semaine par mois en école).

Webinar – Le numérique : Un levier pour l’emploi des personnes en situation de handicap

En tant que réseau de l’économie sociale et solidaire de 50 écoles, WebForce3 organise un webinar le 20 novembre à 11h30. Le thème de cet évènement ouvert à toutes et tous est : “Le numérique : Un levier pour l’emploi des personnes en situation de handicap”, en présence des Secrétaires d’Etat Sophie Cluzel et Cédric O.

 

Numérique, emploi et handicap : témoignages et échanges

Trois témoignages lanceront le webinar autour de la formation et du retour à l’emploi des personnes en situation de handicap, ce qui est ancré profondément dans l’idéologie de WebForce3.

  • L’entreprise « Better Call Dave« , avec Pierre Lefebvre, PDG et Denis Bernard, salarié (alumni de WebForce3, en RQTH).
  • Cécile Fauquenois (également alumni WebForce3 en RQTH) en phase de création d’entreprise sous le statut d’auto-entrepreneur.
  • L’entreprise adaptée Urbilog/Compéthance avec Emmanuel Thieffry : “Comment accompagner les entreprises à intégrer les travailleurs handicapés ?”

Le replay du webinar est disponible :

 

WebForce3, accompagnateur des personnes en situation de handicap

Depuis sa création, WebForce3 a toujours ciblé la formation ouverte à toutes et tous dans le domaine du numérique. Plus de 15% de ses apprenants sont des personnes en situation de handicap ! La caractéristique de nos formations c’est la mixité, précise Alain Assouline.

Handi4Change, le projet de WebForce3 lauréat du Google Impact Challenge de 2019, suit l’idéologie inclusive de WebForce3 pour une évidence entre le handicap et le numérique.

Des sessions de formation spécifiques “Handicap” existent à Paris, Lyon et Lille pour les autistes Asperger. WebForce3 compte d’ailleurs 75% de retour vers l’emploi de personnes en situation de handicap en CDI et 90% de sorties positives.

Romain Blachier, travailleur RQTH et formateur en marketing digital pour la formation Designer Web Marketing Digital à Lyon, insiste sur l’importance du numérique pour l’accès aux formations et à l’emploi des personnes handicapées :

Pour présenter THalent Digital, porté par l’AGEFIPH, Véronique Bustreel, directrice de l’innovation, de l’évaluation et de la stratégie de l’AGEFIPH et Alain Assouline, président-fondateur de WebForce3 discuteront de ce projet qui accompagne et forme les personnes en situation de handicap vers l’emploi dans le numérique.

Les personnes présentes pourront échanger sous forme de questions/réponses avec les intervenants.

 

Le webinar sera conclu par Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des Personnes Handicapées et Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques.

 

WebForce3 est partenaire du projet THalent Digital de l’Agefiph pour former et accompagner vers l’emploi 300 personnes en situation de handicap

Le secteur du numérique progresse et recrute massivement. Or, une minorité de personnes en situation de handicap envisage la possibilité de tenter sa chance dans ces métiers à fort potentiel par manque de formation et d’accompagnement adaptés. Cette opportunité est rendue possible avec le dispositif accessible THalent Digital : porté par l’Agefiph ; financé par la Banque des territoires et le Ministère du travail, de l’emploi et de l’inclusion via le Plan d’investissement dans les compétences (PIC). Un consortium pilote le projet. Il rassemble APF France Handicap, Amnyos, l’OPCO ATLAS, Simplon, WebForce3 et reçoit les soutiens de CGI, syndicats Syntec Numérique et CINOV Numérique, Pôle emploi, Cheops, FACE (Fondation Agir Contre l’Exclusion) et de la FAF (Fédération des Aveugles de France).

 

Favoriser l’inclusion et l’insertion socioprofessionnelle des personnes en situation de handicap dans les métiers du numérique

D’ici 2023, environ 500 demandeurs d’emploi en situation de handicap seront formées et recrutées dans les métiers du numérique. Parmi ces 500 personnes, ce sont 300 personnes qui seront formées et accompagnées par WebForce3. Le réseau d’écoles WebForce3 a toujours renforcé sa politique handicap pour assurer des formations, qui soient adaptées au handicap de chaque apprenant, et un accompagnement adapté vers l’emploi. Après le projet Handi4Change lauréat du Google.org Impact Challenge en 2019, WebForce3 opère le programme accessible THalent Digital de l’Agefiph pour soutenir ses valeurs d’inclusion, d’insertion et d’emploi durable dans le numérique.

Selon l’Insee, en 2019, presque 3 millions de personnes en âge de travailler étaient reconnues handicapées en France avec un taux de chômage de 16%, contre 8% pour le tout public. Pourtant, le secteur du numérique devrait atteindre +4% de croissance en 2020. Selon une étude* de Pôle emploi, l’emploi dans le numérique progresse 2,5 fois plus vite que dans les autres secteurs.

https://www.thalent-digital.fr/

 

Le numérique ne représente que 2% des orientations professionnelles des handicapés

Le numérique, c’est deux futurs emplois sur trois, un télétravail possible voire généralisé pour certaines entreprises. Rien qu’en France, on estime environ 200 000 postes à pourvoir d’ici 2022, contre 80 000 postes non pourvus en 2019. Malgré la crise provoquée par la pandémie de Covid-19, le besoin de main d’œuvre y reste important. D’autant plus que de nombreuses entreprises dites « traditionnelles » ont accéléré leur transition numérique et cherchent aujourd’hui des talents qualifiés qui possèdent des compétences numériques.

Pourtant, les métiers du numérique, pris au sens large, représentent à peine 2 % des orientations professionnelles de personnes handicapées, là où en juin 2020 près de 46 % des Français se disaient prêt à une reconversion professionnelle dans le numérique. Ces freins sont dus au manque de formation adaptée et des idées reçues des employeurs, mais aussi à l’autocensure des personnes handicapées elles-mêmes sur l’accessibilité, le niveau de compétences et de qualification, les pré-requis, la culture métier…

 

Un dispositif totalement financé et pensé spécifiquement pour le retour à l’emploi durable des personnes en situation de handicap

Le projet #THalentDigital est né d’une alliance de professionnels du handicap, d’organismes de formation professionnelle et d’entreprises mobilisées au service de la formation et de l’emploi des personnes en situation de handicap.

THalent Digital a pour objectifs de :

  • Sensibiliser et orienter les demandeurs d‘emploi vers des métiers porteurs (formation développeur web et web mobile, formation technicien systèmes et réseaux).
  • Proposer des formations professionnalisantes qui prennent en compte leurs situation de handicap et délivrées par les organismes de formation WebForce3 et Simplon. Ces formations débouchent sur un titre professionnel reconnu et visé par le Ministère du travail de niveau III bac+2, ou sur une ou plusieurs certifications professionnelles reconnues par les recruteurs.
  • Soutenir l’innovation en matière d’accessibilité de la formation : accessibilité des outils pédagogiques, adaptations des postes de travail, environnement, équipes sensibilisées aux enjeux du handicap…
  • Accompagner pendant la formation et vers l’emploi de manière renforcée avec des actions de sensibilisation à destination des entreprises.
  • Mettre en relation les candidats et les entreprises en amont de la formation de façon à favoriser les recrutements.

Pour faire accéder à ces métiers porteurs, THalent Digital mise sur l’originalité et l’innovation.

https://www.thalent-digital.fr/

 

Un programme de recherche avec le CNRS pour créer un parcours digital et ludique « révélateur de talents »

Le consortium s’est associé au CNRS pour initier un programme de recherche. Il s’agit de développer un outil en ligne destiné aux demandeurs d’emploi en situation de handicap. Cet outil les encouragera à se projeter dans les métiers du numérique, en repérant leurs capacités et atouts et en déconstruisant, si nécessaire, certains préjugés. Cet outil s’appuiera sur une dynamique ludique et tiendra compte des référentiels de formation développés par WebForce3 et Simplon.

L’outil sera créé par des spécialistes issus de quatre univers, en étroite interactivité avecles personnes handicapées pour garantir son accessibilité :

  • Les métiers du numérique (formateurs et employeurs).
  • Le handicap (Agefiph).
  • Les jeux en ligne (notamment pour les publics seniors).
  • La didactique professionnelle.

WebForce3 participe à OPEN GEN : semaine nationale des formations labellisées Grande École du Numérique

Pendant la semaine OPEN GEN du 19 au 24 octobre 2020, les formations labellisées Grande École du Numérique ouvrent leurs portes (physiques ou virtuelles, chacun s’adaptant aux mesures sanitaires actuelles). L’objectif ? Permettre à toutes et tous de découvrir ou de s’informer sur les métiers et formations aux métiers du numérique. WebForce3 est labellisé GEN et compte participer activement à l’événement !

 

Participez aux conférences en ligne de WebForce3

Vous êtes en recherche d’emploi, vous êtes motivé.e et le numérique vous intéresse ? Alors inscrivez-vous vite à cette semaine portes ouvertes et venez découvrir les formations #GEN près de chez vous. Plus d’une centaine d’animations vous attendent, en présentiel ou en ligne !

 

Au programme :

Le 20 octobre à 14h : “Reconversion professionnelle : étapes clés pour envisager sa réflexion et le passage à l’action”.

En juin 2020, 46% des français se disaient prêts à se reconvertir dans le numérique. Mais comment préparer une reconversion durable et sereine dans le numérique ?

  • Le 21 octobre à 14h30 : “Sécurité informatique et piratage. Les métiers des systèmes et réseaux.” Avec Rémi, notre formateur.

Tout savoir sur la sécurité Web et ses outils afin d’éviter d’être la victime d’un piratage à distance : histoire, culture métiers, différentes attaques, métiers et outils de travail.

  • Le 22 octobre à 14h : “Devenir Développeur web. Comment savoir si le code est fait pour moi ? Quels formations et débouchés à la sortie ?”

Vous vous intéressez au développement web ? Vous ne savez pas si ces métiers sont faits pour vous ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la culture métier, les outils, l’environnement de travail, les formations, les débouchés, l’emploi.

  • Le 23 octobre à 14h : “Devenir Community Manager : un métier en fort essor et couteau-suisse d’une entreprise !”

Évolution du métier depuis dix ans, tendances, usages des internautes, communautés en ligne, TikTok… Quel rôle pour le·la Community Manager, quelles missions et opportunités en entreprises ?

 

 

Deux marraines et un parrain inspirants pour soutenir OPEN GEN

Tout au long de la semaine #OPENGEN, les formations labellisées GEN organisent des ateliers, des rencontres, des webinaires. Notre école labellisée GEN participe, pour la première année, à la semaine nationale des formations au numérique, organisée par la Grande École du Numérique dans toute la France et en ligne !

Deux marraines et un parrain ont accepté de soutenir l’événement : Sarah Ourahmoune, vice-championne olympique de boxe, boxeuse la plus médaillée de France, Allison Pineau, championne du monde et d’Europe de handball et Sébastien Chabal, double vainqueur du tournoi des 6 nations de rugby.

Prenez exemple sur Allison Pineau qui, malgré sa blessure, n’a pas baissé les bras et a réussi à remporter le championnat avec l’Équipe de France grâce à sa motivation sans relâche ! « Seule votre motivation compte et je sais de quoi je parle ».

Sébastien Chabal est passé du rugby à la vente de cosmétique notamment en ligne, alors tout est possible non ?  « Faites-vous confiance, osez le numérique ! »

Pour mobiliser un grand nombre de futurs apprenants, la GEN peut compter sur plusieurs partenaires : l’ANCT (Agence Nationale de la Cohésion des Territoires), l’ONISEP et l’UNML (Union Nationale des Missions Locales).

Cette édition inédite se tiendra sous le haut patronage de Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques.