Participez aux soirées Portes Ouvertes virtuelle de WebForce3 !

Depuis maintenant presque une année, la crise sanitaire empêche la bonne tenue d’événements en présentiel. WebForce3, l’école des métiers du numérique pour tous·te·s, s’est adaptée et propose toujours plus de solutions virtuelles.

Afin de découvrir ou de mieux comprendre les actions et solutions du réseau des écoles WebForce3, inscrivez-vous et participez à notre soirée Portes Ouvertes tout en restant chez vous !

 

 

Découvrir WebForce3, c’est découvrir une passion potentielle

Vous éprouvez un intérêt particulier pour les métiers du numérique mais n’en savez pas grand-chose ? L’idée de créer des sites, des applications, d’être responsable du marketing digital d’une entreprise ou de sa sécurité informatique vous intrigue ? Faites-en un métier, une passion, votre vie !

Le temps d’une soirée Portes Ouvertes en ligne, vous pourrez découvrir nos formations accélérées qui, en l’espace de quelques mois, vous permettront de trouver un emploi dans un de ces domaines qui, en plus d’être absolument actuels, le seront encore à l’avenir.

Peu importent votre âge, votre parcours scolaire ou professionnel ou votre localisation, WebForce3 est ouvert à toutes et tous et votre participation à notre soirée Portes Ouvertes également !

Cet événement, capable de changer votre vie, se tient évidemment à distance, le respect des mesures sanitaires étant essentiel pour lutter contre cette épidémie. WebForce3 a mis en place un ensemble de mesures pour faciliter la continuité pédagogique à distance.

 

Un programme qui répond à toutes vos questions

Les soirées Portes Ouvertes virtuelle de WebForce3 se tiennent deux fois par mois, les mercredis de 18h à 20h environ.

Voici les sujets qui y seront abordés :

  • Qui est WebForce3 ? Qu’est-ce qui nous différencie des autres écoles ? Panorama des métiers du numérique et des filières de formation.
  • Comment définir son projet professionnel dans le numérique ?
  • Comment choisir entre Initial ou Alternance ?
  • Apprendre un métier tech en 3 mois, c’est possible ?
  • Qui sont les formateurs ? Quel est le suivi pédagogique ?
  • Quelles sont les options de financement possibles ?
  • Quel accompagnement vers l’emploi propose WebForce3 ?
  • Quelles entreprises recrutent ? Devenir freelance ? Et après la formation ?

Sur le chat ou à l’oral, vous pourrez poser toutes les questions qui vous passent par la tête. Nos équipes y répondront !

 

Participez au Workshop gratuit de Inco’Lab sur la Sobriété Numérique !

Les Inco’Lab et Conception Numérique Responsable organisent un Workshop gratuit et réservé aux étudiant·e·s afin de discuter de la Sobriété Numérique.

“L’abus d’ordinateurs est dangereux pour la santé” se tiendra sur Discord le 27 avril à 18h.

 

S'inscrire

 

Qu’est-ce que la Sobriété Numérique ?

Consommation d’énergie, de minerais, d’eau, d’émissions de gaz à effet de serre… le numérique contribue largement à l’empreinte écologique de l’humanité.

Le numérique serait responsable d’une émission de gaz à effet de serre mondiale de deux à trois fois celle de la France selon le collectif Green IT. Il contribue également à l’épuisement du stock de ressources abiotiques (minerais).

La sobriété numérique cherche à réduire l’impact environnemental du numérique. Cette expression existe depuis 2008, née de l’association GreenIT, afin de désigner « la démarche qui consiste à concevoir des services numériques plus sobres et à modérer ses usages numériques quotidiens ».

La « surconsommation numérique », selon The Shift Project, n’est ni soutenable, ni indispensable à la croissance économique dont elle est décorrélée, ni compatible avec les engagements internationaux pris par la France et l’Union européenne (en particulier l’accord de Paris sur le climat 2015). L’association préconise donc de limiter les usages du numérique pour en réduire l’empreinte écologique.

Lisez notre précédent article sur la sobriété numérique : « Numérique et Environnement : Faut-il faire des usages un levier de la sobriété numérique ? »

 

L’abus d’ordinateurs est dangereux pour la santé

Le collectif Conception Numérique Responsable et les Inco’Lab (le Lab de la Banque de France) organisent donc un Workshop gratuit et réservé aux étudiant·e·s le 27 avril 2021 à 18h sur Discord.

L’objectif est d’introduire et d’étendre l’existence d’une telle démarche écologique pour toutes et tous.

Au programme :

1- Quelles sont les idées reçues ?

2- Quelle est l’empreinte réelle du numérique ?

3- Quels sont les leviers que chaque profession peut engager ?

4- Et à la Banque de France ?

 

S'inscrire

Découvrez notre rapport PAQTE 2020 ! WebForce3 se mobilise en faveur des quartiers populaires

Pour la troisième année consécutive, WebForce3 publie son rapport PAQTE. Démarche ancrée dans l’ADN du réseau d’écoles, le rapport PAQTE démontre la mobilisation de WebForce3 pour les quartiers et son implication pour l’emploi de toutes et tous.

 

Le PAQTE, c’est quoi ?

Le PAQTE se décline autour d’actions que les entreprises s’engagent à conduire autour de quatre axes  :

  • Sensibiliser les plus jeunes au monde de l’entreprise, notamment en renforçant l’offre de stages de troisième à destination des élèves de collège en Réseau d’éducation prioritaire renforcé (Rep+).
  • Former en favorisant l’accès à l’alternance.
  • Recruter de manière non-discriminatoire.
  • Acheter de manière plus responsable et inclusive.

Pour chacun de ces axes, le PAQTE définit des objectifs et des indicateurs clés sur lesquels les entreprises s’engagent. À ce jour, plus de 90 entreprises se sont engagées.

Alain Assouline, président fondateur de WebForce3, souligne cet engagement : « La crise sanitaire que nous avons traversée en 2020 et la résilience de notre société grâce, notamment, au numérique, a renforcé plus encore les missions de WebForce3 pour l’emploi dans le numérique. Mais aussi pour l’inclusion, notamment dans les quartiers prioritaires. Les équipes de WebForce3 sont pleinement engagées dans ces missions. La démarche PAQTE et l’ensemble des grandes activités qu’elle couvre viennent en appui des valeurs qui animent tous les jours les équipes de WebForce3, entreprise de l’économie sociale et solidaire. »

 

Les quatre piliers qui permettent l’engagement PAQTE

 

  • Sensibiliser.

Plusieurs actions importantes ont permis à WebForce3 de sensibiliser de nombreuses et nombreux jeunes des quartiers afin de leur permettre un retour à l’emploi.

  1. Le projet #Code4Change.

Ce programme a formé une dizaine d’apprenants au sein de la Maison d’arrêt Lyon-Corbas grâce au soutien du Ministère de la Justice, de la Région Auvergne-Rhône Alpes et de sa Direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP). Une réussite grâce au programme d’accompagnement Act’ice porté par Rhonalpia et l’Association Possible.

  1. Dev Ton Deck, un tournoi qui même e-sport et soft skills.

Cet événement favorise l’employabilité de manière ludique en utilisant le phénomène e-sport et les softs skills comme leviers d’accompagnement auprès de publics ciblés et favorise leur retour à l’emploi en faisant fi du genre, du diplôme ou des origines des candidat·e·s, seul le jeu compte !

  1. #FabrikTonParcours pour former les jeunes dans les QPV.

Fabrik Ton Parcours cible des jeunes  âgé·e·s  de 18 à 29 ans dit·e·s « Neet » invisibles (sans formation, sans emploi, sans stage) issu·e·s des Quartiers Prioritaires de la Ville. Une attention particulière est portée aux jeunes en situation de handicap.

  1. WebForce3 a rejoint le Mouvement IMPACT France.

Webforce fait désormais partie de la communauté « Education et Emploi » du Mouvement IMPACT France, le réseau lobbying et business des entrepreneurs à impact social et écologique.

  1. Naissance de WebForce3 au Maroc !

Création d’une nouvelle formation de deux ans en alternance Développeur Programmeur  Full Stack à Tanger, au Maroc.

 

  • Former.

L’alternance est une voie d’insertion professionnelle attractive pour les jeunes des milieux populaires  car elles et ils sont en entreprise et rémunéré·e·s ! Si 13% de jeunes habitent dans un QPV, ils ne représentent en France qu’à peine 5% des contrats d’apprentissage.

WebForce3 a donc :

  • Lancé des CFA du numérique avec 400 apprenti·e·s.
  • Porté le projet THalent Digital pour sensibiliser 5 000 personnes en situation de handicap puis formé et accompagné vers l’emploi près de 500 d’entre elles et eux d’ici 2023.
  • Signé la charte WALT & Le Routard pour une meilleure expérience de l’alternance.

 

  • Recruter.

Fatna Benseddik, formatrice à WebForce3 : “Après environ un an et demi en tant qu’assistante au sein du centre de formation WebForce3 Paris pendant lequel je me suis épanouie, j’ai l’opportunité aujourd’hui de pouvoir poursuivre mon aventure dans l’équipe en tant qu’alternante afin de pouvoir former les stagiaires à mon tour à l’issue de cette alternance. Durant celle-ci, j’ai l’occasion de pouvoir préparer les modules et les cours, échanger avec les formateurs mais aussi les différents pôles de WebForce3. Je suis heureuse aujourd’hui de pouvoir continuer avec WebForce3 et de pouvoir moi aussi transmettre et croire en la réussite des stagiaires comme WebForce3 croit en moi.”

  • WebForce3 compte une cinquantaine de collaboratrices et collaborateurs réparti·e·s en France, avec une parité hommes/femmes parfaite.
  • En  2020, avec la crise sanitaire, le télétravail prit une place importante au sein des équipes. Il fut total tant que possible, partiel si besoin.
  • WebForce3 déploie l’application pop.work pour renforcer les relations entre managers et équipes.

 

  • Acheter.

WebForce3 fait appel à des indépendants, des TPE et des PME partout en France. L’objectif est d’avoir des formatrices et formateurs professionnel·le·s au plus près des écoles.

Concernant l’ensemble de ses achats, WebForce3 privilégie la qualité et la relation partenariale et fait appel à tout type de sociétés : entrepreneurs individuels, TPE, PME, ETI et grands groupes.

WebForce3 s’assure des engagements sociétaux de ses fournisseurs.

Pour les achats informatiques, WebForce3 fait appel au groupe AFB qui est une entreprise adaptée spécialisée dans la revalorisation de parcs informatiques !

 

Le rapport PAQTE 2020 de WebForce3

WebForce3 forme dix nouvelles personnes sous main de justice avec le soutien de la région Auvergnes-Rhône-Alpes

Après un premier projet expérimental en région Auvergnes-Rhône-Alpes, WebForce3 poursuit cette année son projet #Code4Change pour la formation de personnes sous main de justice avec le soutien du Ministère de la justice et l’agence du TIG (travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle), et le financement de la région Auvergne-Rhône-Alpes et la Direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP).

 

En 2021, la région renforce ce partenariat et finance la formation pour dix détenus

L’école WebForce3 Lyon a effectué en février deux journées de recrutement à la maison d’arrêt de Lyon-Corbas. 25 détenus avaient postulé. Seulement 10 stagiaires étaient retenus. Ils ont débuté leur formation Intégrateur Web pendant leur période de détention.

A partir du 9 mars 2021, ils ont entamé avec la partie Front-End du métier de développeur, pour ensuite se préparer à intégrer la formation Back-End à la sortie de Mai 2021 !

Des nouvelles sessions vont voir le jour, notamment une première session qui a débuté le 19 avril et finira le 19 juillet. La prochaine se tiendra du 27 septembre au 24 décembre.

 

Une première expérimentation réussie de #Code4Change en 2020

Durant le printemps 2020, une dizaine de détenus au sein de la Maison d’arrêt de Lyon-Corbas, avaient bénéficié d’une formation d’Intégrateur Web, d’une durée de trois mois et animée par un formateur professionnel sensibilisé. Ces 10 détenus ont tous obtenu leur certification professionnelle CNCP reconnue par les professionnels (catégorie C) : « Techniques d’intégration web ». La formation est également rythmée par des ateliers de découverte de l’écosystème digital et des ateliers de coaching pour rechercher un emploi et développer des softs skills. La formation se clôture par une semaine pour créer un projet web de A à Z.

« L’équipe de la Maison d’arrêt a permis de faciliter la communication et la bonne mise en œuvre de cette formation. Les surveillants et autres détenus ont été admiratifs de voir les stagiaires réussir à coder et à concrétiser une tâche. Cela n’a pas toujours été simple mais c’est un bilan extrêmement positif que je retiens. » Christian Migliore, formateur.

 

Une passerelle dedans/dehors pour éviter le décrochage

La formation des personnes détenues se fait en prison mais elle est également tournée vers l’extérieur. La continuité des parcours dedans/dehors est encouragée et des aménagements de peine sont possibles pour poursuivre la formation à l’extérieur au sein des écoles WebForce3 (et gratuitement). Cette passerelle permet d’engager et motiver les détenus dans leur réinsertion professionnelle dès la sortie de prison, là où 59% des sortants de prison récidivent dans les 5 ans, faute d’accompagnement.

« Il y a du temps, on a le temps d’apprendre. Si on ne fait rien, on perd une habitude de travail et quand on fait une activité on a confiance en soi. Je suis plein d’espoir sachant que c’est la même formation que ceux qui sont à l’extérieur. J’ai une certification, j’aurai les mêmes chances et capacités pour me présenter à des offres d’emploi. » Jo, apprenant.

 

Lundis de la transition : “Réconcilier le numérique et l’environnement : un pari marseillais ?” 

Depuis janvier, la Mairie de Marseille organise chaque mois des “Lundis de la transition”. Ces débats veulent accompagner la ville de Marseille dans sa préparation face aux défis sociaux et environnementaux qui l’attendent !

Alain Assouline, président fondateur de WebForce3, a participé à cette session #4 intitulée “Réconcilier le numérique et l’environnement : un pari marseillais ?”

 

Le Replay est ici

 

Réconcilier le numérique et l’environnement : un pari marseillais ?

Organisée en partenariat avec le LICA (Laboratoire d’Intelligence Collective et Artificielle), c’est donc autour de la thématique “Réconcilier le numérique et l’environnement : un pari marseillais ?” que des actrices et acteurs du numérique ont échangé leurs points de vue. Ces mêmes acteurs qui œuvrent au quotidien à la réconciliation avec l’environnement et la société et à en faire un levier puissant de la transition marseillaise.

Marseille est paradoxale : elle est un hub mondial des autoroutes de la donnée mais souffrant d’une fracture numérique importante. La ville connaît une vraie dynamique de startups « high tech » et, en même temps, elle bouillonne d’initiatives « low tech » et d’innovations frugales.

  • Comment dépasser ces paradoxes sur les plans social, environnemental et démocratique ?
  • Comment utiliser au mieux les potentialités du numérique pour la transition, tout en limitant ses conséquences négatives sur l’environnement et le lien social ?
  • Marseille peut-elle devenir demain une « Smart city » 2.0 qui mette l’intelligence artificielle au service de l’intelligence collective de tou·te·s ses habitant·e·s ?

Ces questions sont au cœur de ce nouveau rendez-vous des « Lundis de la transition ».

 

Le Replay est ici

 

Les participantes et participants

  • Alain Assouline : fondateur et président du réseau des écoles WebForce3. Projet de CFA des transitions.
  • Lilan Criscuolo : responsable de la cellule Marseille pour Emmaüs Connect (inclusion du numérique, numérique pour tou·te·s, fracture numérique et récupération de matériel + réparation).
  • Edlira Nano : membre administrateur d’April et membre de La Quadrature du Net (outil numérique alternatif, contre GAFAM).
  • Olivier Rovellotti : créateur et gérant de Natural Solutions.
  • Charles Talbot : co-fondateur du LICA, laboratoire d’Intelligence Collective et Artificielle.
  • Audrey Vermeulen : co-fondatrice du LICA.
  • Christophe Hugon : conseiller municipal délégué à la Transparence et l’open data municipal. Monsieur Hugon viendra clore les débats.

 

Une quatrième session particulière : un débat en ligne

Le lundi 19 avril, ce rendez-vous mêlant le numérique et l’écologie à Marseille a été chamboulé. Effectivement, cette session débat était disponible sur la plateforme Zoom, en ligne et en direct donc, permettant au public d’y assister !

En plus d’être en direct, cette nouveauté permet également la disponibilité d’un replay pour celles et ceux qui ne pouvaient pas y assister.

 

Le Replay est ici

Des aides de l’État pour les entreprises qui recrutent en apprentissage jusqu’en décembre 2021

Les aides de l’État pour les entreprises, privées comme publiques, recrutant des apprenti·e·s devaient prendre fin à la fin du mois de février. Mais elles sont officiellement prolongées jusqu’au 31 décembre 2021 ! Cette aide est aussi valable pour les jeunes de moins de 30 ans en contrat de professionnalisation.

 

Quelles aides pour les employeurs du secteur privé ?

Mises en place l’été dernier dans le cadre du plan de relance apprentissage, ces aides concernaient initialement tous les contrats d’apprentissage conclus entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021.

 

Ces aides concernent désormais tous les contrats conclus jusqu’au 31 décembre 2021 !

Tous les niveaux de diplôme sont concernés : du niveau inférieur au baccalauréat jusqu’au Master (BAC +5).

Toute entreprise peut percevoir cette aide financière. Il n’y a aucune condition pour les entreprises de moins de 250 salariés. Les entreprises de plus de 250 salarié·e·s doivent remplir une des deux conditions : elles doivent s’engager à atteindre un seuil de 3% de contrats d’alternance ou de 5% de contrats favorisant l’insertion professionnelle dans leur effectif.

 

A combien s’élèvent ces aides pour le secteur privé ?

  • jusqu’à 5 000 euros pour un·e apprenti·e de moins de 18 ans.
  • jusqu’à 8 000 euros pour un·e apprenti·e de plus de 18 ans.

“Pour les entreprises, l’aide couvre 100% du salaire d’un·e apprenti·e de moins de 21 ans, 80% du salaire d’un·e apprenti·e de 21 à 25 ans révolus et près de 45% du salaire d’un·e apprenti·e de 26 ans et plus.” (source Ministère).

La gestion et le suivi de l’aide est confiée à l’Agence de services et de paiement (ASP). Elle sera versée mensuellement et automatiquement, avant le paiement du salaire de l’apprenti·e.

Retrouvez plus d’informations sur le site du ministère : https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/entreprise-et-alternance/aide-exceptionnelle-apprentissage

 

Et pour les employeurs du secteur public ?

Les employeurs publics (collectivités territoriales et établissements publics en relevant) bénéficient également de ces aides exceptionnelles pour l’embauche d’apprenti·e·s.

Comme pour le secteur privé, les aides concernaient initialement tout contrat d’apprentissage conclu entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021.

Ces aides sont également prolongées jusqu’au 31 décembre 2021.

 

A combien s’élèvent ces aides pour le secteur public ?

Le montant de l’aide exceptionnelle s’élève à 3 000 euros (montant forfaitaire).

L’aide est versée en une seule fois et sa gestion est confiée à l’ASP.

Les employeurs publics qui souhaitent demander cette aide doivent en faire la demande en se rendant sur le portail de l’ASP à cette adresse : https://portail-aide-recrutement-apprentis-ct.asp-public.fr/aract/

Retrouvez plus d’informations relatives à l’aide aux employeurs publics sur le site de l’ASP : https://www.asp-public.fr/aide-pour-le-recrutement-dapprentis-par-les-collectivites-territoriales

 

#FabrikTonParcours continue à Paris et Lille et prévoit 11 nouvelles villes

Fabrik Ton Parcours est une prépa-apprentissage financée par l’État qui accompagne partout en France des jeunes des quartiers populaires âgés de 18 à 29 ans, sans emploi, sans formation ou sans diplôme. Depuis 2020, c’est une sizaine de parcours qui ont été créés pour plus de 200 jeunes issus des QPV.

 

#FabrikTonParcours – Définir son projet pro pour ensuite choisir la voie de l’apprentissage

L’objectif de ce dispositif, s’inscrivant profondément dans l’ADN de WebForce3, est d’aider les jeunes à trouver leur voie à travers différentes activités pédagogiques et sportives. À la fin du parcours, ces jeunes pourront choisir un métier et décrocher une formation et un contrat en apprentissage dans des métiers et secteurs porteurs impactés par les innovations digitales. Les quatre secteurs en question sont le numérique, le sport, l’industrie et les métiers de bouche. Depuis 2020, c’est 86 parcours qui ont été créés pour plus de 200 jeunes.

Ce dispositif à impact social et solidaire est porté au niveau national par l’école des métiers du numérique WebForce3 et mis en œuvre dans tous les territoires par ses partenaires engagés. Il a été élaboré dans le cadre de l’appel à projet « Prépa apprentissage #Demarretastory » du Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Inclusion et financé dans le cadre du Plan d’Investissement dans les Compétences, piloté par Carine Seiler, haut-commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi.

Tout au long du parcours est intégrée la pratique sportive comme vecteur d’intégration et de solidarité (ensemble on va plus loin), de valeurs communes et de cohésion (apprendre à perdre et à gagner).

La découverte de ces métiers porteurs se fait sous l’angle du numérique, car transversal et affectant tous les domaines. Le numérique est donc le facteur commun d’expérimentation, d’engagement et de mise en valeur des métiers (modernes et d’avenir).

 

Systèmes réseaux, click & collect… ils expérimentent des projets autour du numérique

Cette année, à Paris, la formation #FabrikTonParcours a débuté en mars 2021 au sein de WebForce3 Paris 18ème, directement avec une remise à niveau pour acquérir des notions de base en système et réseaux. L’objectif est de leur permettre de chercher rapidement un contrat d’apprentissage. Elles et ils travaillent également les CV, leur visibilité sur les réseaux sociaux professionnels et leur posture métier par des journées orientées sur la communication.

 

À Lille, c’est le Centre social et culturel de l’arbrisseau de Lille qui a impulsé cette Fabrik sur le territoire. Les stagiaires ont entamé leur session #FabrikTonParcours début avril en se formant aux métiers de la restauration impactées par les innovations digitales. S’adaptant à la situation actuelle, les stagiaires ont monté un système de restaurant éphémère et concoctent des paniers-repas étant disponibles en click & collect ! Le numérique entre donc en compte pour assurer la mise en place de ce système et de sa communication digitale.

 

 

 

Rejoignez les 10 prochaines prépa #FabrikTonParcours

En mai 2021, de nouvelles session #FabrikTonParcours ouvriront à Lille, Tourcoing, La Rochelle et les Yvelines.

En juin, c’est à Bordeaux, Toulouse, Dijon, Strasbourg, La Courneuve, Marseille, Montpellier et Lyon que de nombreux jeunes pourront être accompagnés à définir leur projet d’orientation vers des métiers d’avenir et qui leur plaisent !

 

Pour en savoir plus, cliquez ici :

WebForce3 ouvre sa troisième école dans les Yvelines à Mantes-la-Jolie

WebForce3, le réseau d’écoles des métiers du numérique, ouvre une nouvelle école à Mantes-la-Jolie avec une première formation au métier de Développeur.se Web et Web Mobile. Retour sur le développement phare de WebForce3 dans le territoire des Yvelines, et zoom sur tous les acteurs engagés à nos côtés.

 

La crise sanitaire n’empêche pas l’ouverture de l’école !

WebForce3 Mantes-la-Jolie a ouvert ses portes… de manière virtuelle. Malgré les restrictions liées à la crise sanitaire, la première session de formation au métier de Développeur Web et Web Mobile a tout de même pu débuter en télé-présentiel. Afin d’accompagner au mieux les apprenant·e·s, la plateforme de digital learning de WebForce3 : WebForce.LIFE, reste accessible et permet un apprentissage individualisé et complémentaire aux cours en direct avec des formateurs professionnels. Quand la situation le permettra, WebForce3 Mantes-la-Jolie accueillera ses apprenant·e·s dans ses nouveaux locaux situés au Val Fourré, Quartier prioritaire de la Politique de la Ville.

« Le département des Yvelines cherche à développer son offre de formations aux métiers du numérique et a trouvé en WebForce3 un partenaire idéal. Nous avons su convaincre par la qualité de nos formations et de notre accompagnement vers l’emploi », précise Florence Bourdillat, directrice du développement. « D’ailleurs, toutes nos formations proposées dans les Yvelines sont labellisées « Grande École du Numérique » par l’Etat et « École du Numérique » par l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines. »

Pour son ouverture, WebForce3 Mantes-la-Jolie a ainsi reçu le soutien de la Mission Locale du Mantois, de la mairie de Mantes-la-Jolie, de la Communauté Urbaine Grand Paris Seine & Oise, de la Région Île-de-France et de Pôle Emploi.

 

Les Yvelines, un territoire clé d’inclusion numérique et d’insertion professionnelle

Florence Bourdillat, Directrice du développement de WebForce3 :

« Après Trappes et Les Mureaux en 2018, WebForce3 Mantes-la-Jolie est la 3ème école que nous ouvrons dans les Yvelines. Notre volonté de nous y implanter fortement et durablement résonne parfaitement avec l’appétence du territoire pour le numérique et pour toutes les opportunités en termes de lutte contre le chômage et de développement du tissu économique local qu’il représente. En tant qu’organisme de formation aux métiers du numérique, nous y avons été très bien accueillis. »

Plus globalement dans les Yvelines, WebForce3 a su tisser des liens et gagner la confiance d’acteurs à tous les niveaux, notamment :

Les liens de WebForce3 avec les Yvelines ne s’arrêtent pas là. Pour remplir sa mission, l’entreprise de l’économie sociale et solidaire travaille en effet avec de nombreux autres acteurs présents sur le territoire, afin de créer une véritable dynamique favorable au développement des compétences et à l’emploi de ses apprenant·e·s. Parmi eux, notamment, l’École de la 2ème Chance, Social Builder (entreprise sociale qui œuvre pour l’insertion professionnelle des femmes dans le numérique) ainsi que les entreprises locales.

 

Une mission intacte : favoriser l’inclusion et l’emploi de tous.tes sur tous les territoires

En téléprésentiel comme en présentiel, les objectifs restent les mêmes : WebForce3 veut permettre l’insertion professionnelle des personnes, notamment des jeunes, sorties du système et éloignées de l’emploi. Et ce, grâce à des formations diplômantes, courtes et intensives, avec un accompagnement vers l’emploi dans les métiers du numérique. Grâce à sa méthodologie pédagogique et son savoir-faire, l’organisme de formation aux métiers du numérique a ainsi formé, diplômé et accompagné plus de 6 000 personnes sur l’ensemble du territoire français depuis sa création en 2014.

L’école WebForce3 Mantes-la-Jolie n’entend pas déroger à la règle. D’autres formations que celle de la formation Développeur Web et Web Mobile sont d’ailleurs à l’étude, en concertation avec les entreprises locales pour répondre à leurs besoins, et devraient voir le jour dans le courant du second semestre 2021.

Se former à distance : l’art d’aménager son espace pour rester motivé.e !

Pendant cette période de confinement, permettant à chacun·e de lutter contre la propagation du COVID-19, WebForce3 s’est adapté et continue de délivrer ses formations en téléprésentiel, intensives et professionnalisantes, pour des métiers d’avenir dans le numérique.

Afin de suivre au mieux une formation, voici quelques conseils pour se sentir à l’aise à son bureau tout en ayant une connexion internet optimale. Vous pouvez également découvrir notre premier article : 5 conseils clés pour être efficace en formation en téléprésentiel.

 

Aménager son bureau dans les règles de l’art : pour être à l’aise et efficace

 

#1 Orientez votre bureau.

L’orientation du bureau est capitale, elle va déterminer la luminosité dont vous allez bénéficier ! Il est préférable d’éviter les courants d’air ou l’éblouissement du soleil par exemple. Choisir un endroit lumineux mais pas trop. Une lumière trop forte peut déconcentrer, créer de la fatigue ou être la cause d’un reflet gênant sur votre écran.

Manquer de lumière est également déconseillé, car cela peut amener une fatigue inconsciente, en associant l’obscurité à la nuit, vous faisant perdre en efficacité et en énergie. Cela peut même vous donner envie de lancer Netflix… !

 

#2 La lumière naturelle ne fait pas tout, ne négligez pas la lumière artificielle !

Si la lumière naturelle est importante, la lumière artificielle l’est également. Il faut être capable de varier les sources de lumière et leur intensité. Disposer une lampe d’appoint sur le bureau permet d’adapter au mieux la luminosité en fonction du moment de la journée. Que ce soit à l’arrivée soudaine d’un gros nuage ou à l’arrivée de la tombée de la nuit, une lumière artificielle vous permet de garder un certain confort… Ne pas dépendre du seul ensoleillement de la pièce pour influer sur le travail que vous allez effectuer et votre efficacité, votre capacité d’écoute ou de concentration.

 

#3 Disposez des plantes sur votre bureau.

Les plantes sont un vrai atout pour se sentir à l’aise et augmenter l’efficacité. Elles égayent une pièce ou un espace de travail et ont un impact positif sur le moral. Disposez une petite plante à feuilles ou à fleurs proche de votre souris, une autre, plus grande, au pied de votre bureau, et des plantes suspendues ou des cadres fleuris sur un mur. Votre oeil ne doit pas être condamné à ne voir que du code, un écran, un logiciel, il mérite un environnement cognitif et sensoriel naturel et apaisant !

 

#4 Asseyez-vous sur une chaise de bureau adaptée

Cela paraît évident mais il est préférable de le rappeler : le confort de la chaise de bureau est essentiel ! Que ce soit en télétravail ou pas, être correctement assis·e détermine votre efficacité. Choisissez une chaise confortable, dont la hauteur est réglable, qui vous permettra de vous adosser, de vous accouder, de prendre du recul sur votre écran ou de vous en rapprocher sans grand effort. Attention, évitez tout de même les hamacs, vos camarades de promo risquent d’être jaloux·ses et vous dérangerez la classe par vos ronflements…

 

#5 Optez pour des couleurs qui aident à la concentration

Les couleurs qui nous entourent influencent notre concentration, notre moral et notre créativité. Optez donc pour mettre des couleurs adaptées à votre vision afin d’aider votre esprit à travailler heureux ! Du jaune pour stimuler l’intellect, du bleu pour l’apaisement, du violet pour la concentration ou encore du rouge pour donner de l’énergie et booster la créativité. Personne de souhaite passer toute une journée de travail à ne voir que du gris !

 

#6 Faites-vous plaisir avec de la décoration personnelle…

Pour améliorer sa motivation, quoi de mieux que des objets de décoration que l’on apprécie ? Des figurines, peluches, bibelots, des souvenirs de vacances, des dessins de ses enfants ou des photos de famille vont aider à enjoliver votre journée. Lorsque vous avez un petit coup de mou, un petit regard vers un objet fétiche et on est reparti·e ! Attention tout de même, votre bureau ne doit pas devenir une brocante. Choisissez simplement trois ou quatre accessoires que vous appréciez et disposez-les harmonieusement sur votre espace de travail.

 

Avoir une connexion Wi-Fi optimale – Éviter la frustration et la perte de concentration.

 

#1 Optimisez la qualité de votre Wi-Fi

Quelque soit le type de votre accès (fibre, ADSL, accès radio…), la qualité de votre Wi-Fi dépend parfois de gestes simples : il suffit, pour l’optimiser, de modifier l’emplacement du routeur, son environnement, ou encore son paramétrage…

 

#2 Séquencez vos usages collectifs

Les usages vidéo, que ce soit les visioconférences ou le streaming, sont les plus gros consommateurs de bande passante. Séquencez-les : si vous êtes en charge de vos enfants à la maison, il est tentant de leur passer une dessin-animé afin d’être tranquille pendant une visioconférence ou le cours. Le problème est que les plateformes de streaming vidéo (YouTube, Netflix…) monopolisent énormément de bande passante et peuvent utiliser des mécanismes pour rechercher une optimisation. Ce qui amène à une chose simple : si Netflix doit partager le débit avec votre formation et que la bande passante est insuffisante, alors c’est votre cours qui va voir son débit réduit et non le dessin-animé enchanté de votre enfant.

 

#3 Ressortez votre câble Ethernet

Oui, on sait, quelle horreur de retourner en 2010 ! Aujourd’hui, on s’éloigne de l’utilisation des câbles, tout est aujourd’hui connecté en bluetooth ou en Wi-Fi. Hormis son chargeur de téléphone, avoir un chargeur d’ordinateur peut sembler de trop. Pourtant, votre connexion sera plus puissante avec un câble Ethernet et ne sera pas affaiblie par un membre de votre famille qui regarde la vidéo d’un chat qui tombe ou le dernier épisode de sa série Netflix. Vous pourrez suivre le cours en vidéo sans soucis, et simplement grâce à ce petit câble ethernet que l’on méprise tant, à tort…

 

#4 Pensez à la 4G !

La solution alternative aux accès fixes à internet (par la fibre, le câble ou l’ADSL…) consiste à utiliser la 4G sur son smartphone avec le « partage de connexion ». Tous les smartphones compatibles 4G permettent de partager leur connexion à internet avec un ordinateur. Le smartphone crée un réseau Wi-Fi visible par votre ordinateur.

Attention toutefois, la vidéo consomme beaucoup de données (de 1 à 4 Go par heure de vidéo en fonction de la résolution), décomptées de votre forfait mobile. Si vous suivez une formation en téléprésentiel, vous risquez d’utiliser beaucoup de données…

 

Conseils d’une formatrice de WebForce3 pour assurer une formation en téléprésentiel