L’école Webforce3 est ouverte à l’IUT du Creusot

La première promotion de la formation labelisée École du Numérique à l’IUT du Creusot est en place depuis un mois. D’ici à fin juillet, la formation au codage web est faite pour un retour à l’emploi.

L’École du Numérique a ouvert ses portes à l’IUT du Creusot le 27 mars. Depuis un mois, les élèves sont concentrés sur le codage web. Théo, originaire de Haute-Savoie, sort d’un BTS en Webdesign à Lyon. « Durant mon cursus, j’ai survolé le codage web et j’avais envie de mieux l’assimiler », explique-t-il. Henri, quant à lui, a une formation en baccalauréat professionnel Mécanicien automobile… Dans les différents profils de cette première promotion de l’École du Numérique, Antoine, 18 ans, du Creusot, a choisi de suivre cette formation après des débuts écourtés en DUT Mesures Physiques. En parallèle de son inscription au DU ICI – #Initiatives #se Construire #Innovation – proposé par l’IUT du Creusot, il compte développer son projet de création d’un site internet par l’acquisition de connaissances et de compétences dans le codage web. Après une réorientation pour des raisons de santé, Florence, infographiste de formation, veut développer ses capacités dans le domaine. D’autres élèves, approchant la trentaine, sont en reconversion totale, après des études dans la comptabilité par exemple. Les langages de code sont complexes à enregistrer et à retranscrire, mais les principaux concernés parlent, devant les ordinateurs, d’une formation pouvant donner accès à des métiers d’avenir. Créée en 2014, l’école privée Webforce3 se présente comme une alternative aux cursus existants pour les métiers du web. La formation de quatre mois au codage, en incluant les quinze jours de stage en entreprise, doit être un tremplin pour l’emploi. A l’IUT du Creusot, cette École du Numérique a été installée dans une démarchée affirmée. «C’est aussi une volonté de développer la formation continue au sein de l’établissement», a répété ce vendredi matin Olivier Laligant, directeur de l’IUT. En poursuivant sur cette idée : «Nous avons aujourd’hui je crois tout un environnement, entre les formations initiales et les formations continues, pour encourager les initiatives et les projets». Le directeur de l’IUT ajoute en ce sens qu’il est possible de s’appuyer aujourd’hui sur un solide réseau de partenaires, avec des entreprises régulièrement consultées ou en lien plus direct avec l’IUT (Michelin et peut-être Alstom Transport) au travers d’opérations portées justement par des échanges entre les étudiants et les entreprises. «Les élèves de l’École du Numérique pourraient à terme bénéficier de ces relations».

«Démocratiser l’enseignement supérieur, c’est aussi cela l’intérêt», a souligné David Marti. C’est la Communauté Urbaine Creusot Montceau dont il est président qui a porté la candidature pour accueillir la formation de l’école Webforce3. L’IUT on l’a dit s’y est engagé favorablement, et le Conseil Régional Bourgogne-Franche-Comté a soutenu le projet. «Ça donne des opportunités d’orientation intéressantes, d’autant plus dans une structure bien inscrite sur le territoire et avec les entreprises», apprécie Muriel Vergès-Caullet, conseillère régionale en charge du service public de l’orientation.

Les élèves disent avoir saisi l’opportunité suite à des entretiens et suivis à la Mission Locale ou bien à Cap Emploi. En tant que directrice de l’association AgIRE Le Creusot-Montceau, Marie-Lise Calabria met en avant une formation très ouverte, «car elle peut toucher tous les publics, sans vraiment de pré-requis à l’entrée». Vice-président communautaire à l’Enseignement supérieur, Jérémy Pinto tient à saluer «une adhésion ponctuelle de la part de tous les partenaires, permettant de créer des passerelles entre les formations et de voir les étudiants se construire des parcours». L’obtention du label Grande École du Numérique est le prochain objectif des porteurs de l’opération.

L’école Webforce3 estime que le métier de développeur-intégrateur web génèrera 36 000 créations de postes d’ici 5 ans, et que 50 000 postes sont aujourd’hui non pourvus dans les métiers du web. A l’IUT du Creusot, le lancement de cette formation est dite positive. Les 18 places ouvertes sont aujourd’hui occupées, avec une demande plus forte que prévue en amont.

Alix BERTHIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *