L’école du numérique a trouvé son public auxerrois

Après le succès de la première session de formation de développeur-intégrateur web, une deuxième devrait voir le jour à compter du 30 janvier. Voilà maintenant presque trois mois que la formation de développeur-intégrateur web, labellisée « école du numérique », a vu le jour à Auxerre. Et pour l’heure il semblerait que ce soit une franche réussite. « Nous sommes extrêmement satisfaits de l’implication et de la progression des dix-sept stagiaires, depuis le tout début de la formation », soutient Frédéric Barthe, directeur de Webforce3 Bourgogne.

« Ils ont même adopté le langage dédié »

À quelques semaines de la fin de cet enseignement intensif, et outre les différentes évaluations qui visent à valider les compétences d’intégrateur et de développeur web, la finalité reste la création d’un site Internet conçu de A à Z.

Une réalisation qui constitue l’évaluation finale de la formation et qui a eu des effets extrêmement positifs, remarque Frédéric Barthe : « Nous avons vu se développer au fur et à mesure des semaines une vraie dynamique de travail dans l’ensemble des groupes. Ils se sont véritablement imprégnés de la formation, un certain nombre arrivait plus tôt et partait plus tard que les horaires indiqués. Ils ont même adopté le langage dédié qui utilise des terminologies très techniques. »

Pour cette première promotion, il reste un mois d’apprentissage avant de pouvoir s’exercer en conditions réelles lors de quinze jours en entreprise, dans le cadre d’un stage fixé les deux premières semaines de février. L’objectif étant de valider les compétences acquises jusqu’alors.

Seul bémol pour Karine Fiorini, stagiaire de la formation, « nous n’avons pas beaucoup de temps pour la pratique. La formation mériterait d’être plus longue. Deux mois de plus ne seraient pas de refus pour tout assimiler correctement ».

Mais à peine cette première session achevée, une deuxième s’apprête à voir le jour le 30 janvier prochain, pour laquelle l’essentiel des places disponibles est d’ores et déjà pourvu.

Même format (NDLR : 490 heures, à raison de 35 heures hebdomadaires), même enseignement et mêmes enseignants – Webforce3, assurant par ailleurs le label « école du numérique » –, la formation ne devrait subir aucune modification tant sur le fond que sur la forme. Mais, pour ceux qui seraient intéressés par les trois places restantes, il faudra au préalable passer avec succès une série de tests visant à évaluer la connaissance du monde du web du candidat. Ces tests seront suivis de l’entretien qui vise quant à lui à connaître les motivations de chacun.

Faire connaître la formation aux entreprises locales

« Il faut savoir que cette formation est très lourde. Je ne pensais pas que ce serait aussi intense », remarque Karine Fiorini. Elle n’en demeure pas moins extrêmement satisfaite : « Il y a une très bonne ambiance, et cette formation est portée par un formateur excellent qui sait s’adapter à chacun des profils. »
Au vu du succès rencontré, reste un objectif : faire connaître la formation aux entreprises locales, pour que les stagiaires puissent s’intégrer plus facilement dans le tissu industriel local. C’est d’ailleurs dans cette idée-là que les entreprises désireuses de voir le travail effectué sont invitées à venir assister aux soutenances terminales qui auront lieu le 14 février prochain.

Pratique. Vous pouvez contacter Frédéric Barthe, directeur de Webforce3 Bourgogne, au 06.81.56.05.41 ou par mail à l’adresse : frederic.barthe@wf3.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *